Le top 10 des méthodes pour réussir sa dépression

Numéro 10

Tournez autour de votre nombril

 

Vous vous apercevrez très vite que vos problèmes peuvent être beaucoup plus importants qu'ils n'y paraissent, dès lors que vous acceptez d'y prêter un peu d'attention. De toute façon, dites-vous que votre dépression vous empêche de cerner les drames internationaux avec lucidité.

Et puis quelle importance que plus de 200 personnes trouvent la mort dans un accident d'avion, vu que vous n'y étiez même pas (depuis quand vous avez les moyens de vous payer un Paris-Rio steuplé ?)

 

 

 

Numéro 9

Entretenez la théorie du complot

 

Il est évident que le monde entier s'est ligué contre vous. D'ailleurs vous vous appelez Virginie De Montédéssan et vos initiales sont VDM. Votre ascendance noble est une malédiction, de même que vos origines latino-tchétchène. On a pas idée d'être issue de la noblesse latino-tchétchène. D'autant que, comme ça n'existe pas, personne ne partage votre sort. Du coup, vous n'avez même pas vos entrées dans le gotha où l'on vous considère comme un imposteur. Même pas comme une impostrice, car ça non plus ça n'existe pas.

Si vous ne vous reconnaissez pas dans le paragraphe ci-dessus, c'est parce que vous pensez, à raison, que votre misère est unique et que personne ne peut vous comprendre. Continuez comme ça.

 

Numéro 8

La politique du négatif

 

Une homme merveilleux vous invite à diner ? Pensez immédiatement que vos ennemis l'ont payé pour vous manipuler et déclinez le plus méchamment possible, histoire qu'il n'y revienne pas.

S'il insiste sur ses bonnes intentions en vous promettant "en tout bien tout honneur" agressez-le sauvagement "je te plais pas c'est ça ?" et insistez "génial, PARFAIT ! En tout bien tout honneur, merci beaucoup !! et je fais quoi après ? Hein ? Je me soulage avec une banane ?"

 

 

Numéro 7

Flagellez-vous

 

"Une banane... je lui a dit que j'allais me soulager avec une banane ... je veux mourir". Il y a un homme par siècle qui a émis le souhait de partager un moment avec vous et vous n'avez su que penser "à quoi ça sert ?", vous êtes bonne à jeter aux ordures, malgré l'injonction très claire des éboueurs du quartier sur le fait qu'il n'existait pas de poubelle à votre taille dans les nouvelles normes de tri des déchets.

 

 

Numéro 6

Réduisez votre champs lexical

 

Faites de "A quoi bon ?" et "Je veux mourir" la base unique de votre conversation. Laquelle conversation vous ne devriez pas tarder à entretenir avec vous-même.

Quand vous commencerez à vous auto-contredire, répondez-vous "a quoi bon ?". Avoir envie de mourir plusieurs fois par jour est la base d'une bonne dépression. Ne passez jamais à l'acte, vous pourriez réussir quelque chose, ce qui serait drôlement ballot si on y regarde bien.

 

 

Numéro 5

Mangez

 

Première étape de la compensation, mangez, puisque c'est tout ce qu'il vous reste à faire. Le gras tient chaud et le chocolat contient du magnésium, préparez-vous des tartines de Nutella gratinées au Cheddar et mangez-les très vite en pleurant sur l'injustice des constitutions.

Oui, il existe beaucoup plus de filles qui mangent comme des gorets sans prendre un gramme, que d'araignées qui pondent des oeufs dans des corps humains. Grosse vous êtes, grosse vous resterez, à moins de manger du surimi jussu'à ce que votre peau deviennent orange. Cela ne sera jamais pire que la fois où vous avez mis de l'autobronzant.

 

 

Numéro 4

Dépensez tout votre argent

 

Vous avez toutes les raisons du monde de vous faire au moins ce tout petit plaisir. N'y allez pas avec le dos de la CB. Si tout se passe bien... enfin mal, vous devriez bientôt être à découvert. Prenez soin de dépasser vos revenus mensuels.

Dans très peu de temps, vous devriez être à même de réciter à l'envers les différentes commissions pour traitement particuliers d'opération. Il y a fort à parier que le guichet banque de France le plus proche vous oblige à changer de zone sur le navigo que vous n'êtes plus en mesure de recharger.

Votre banquier devrait rapidement devenir suffisamment odieux pour admettre que c'était pas pour les 500 euros de votre Codevi qu'il vous faisait des largesses, mais bel et bien pour vos beau yeux et ça vous fait une belle jambe.

 

 

 

Numéro 3

Ne sortez plus

A quoi bon ?

 

 

Numéro 2

Cercle vicieusez vous la vie

 

La dépression c'est chiant. Surtout quand on est dépressif. Le problème avec la dépression, c'est que c'est vachement autocentré comme truc. Impossible de penser à autre chose qu'à vous et à votre misère. Vous devriez rapidement vous ennuyer fermement à l'intérieur de vous même.

Qu'à cela ne tienne, cela devrait vous rendre encore plus malheureux(se). La mode ? Pfff connais po. Docteur Mamour ? Jamais entendu parler ? J'en connais qu'un docteur de la télé et il est dépressif aussi. Roland Garros ? Ah bon, ça existe encore ? La seule chose que vous suivez assidûment, c'est la saison 2009 de la Nouvelle Star qui vous rend encore plus dépressif(ve).

Et puis qu'on en est là, mettez un peu de fun dans votre dépression : contactez un HP, dites "je trouve Virginie Guilhaume sympathique". Vous entendez les sirènes ? Maintenant courez.

Ou pas.

 

 

Numéro 1

Ouvrez un blog

 

Commencez à réfléchir sur la vacuité de la vie et là de deux choses l'une : soit la vacuité de la vie ne vous évoque rien, et vous parlez alternativement de vos culottes, de sexe et de vos ex et vous devenez un blog de fille, soit vous devenez influent.

 

Si vous êtes un homme faites les deux : parlez de la vacuité de la vie et du sexe depuis que votre ex vous a brisé le coeur en vous laissant seul avec vos boxer-short Calvin Klein. Vous devriez rapidement avoir une image terriblement sexy qui vous obligera à ne plus sortir de chez vous sous peine de dévoiler que vous mesurez 1m52 et que votre nez ressemble à un lémurien.

 

Si vous êtes une fille, ressassez. Insistez sur le fait que vous êtes angoissée parce que vous attendez vos ragnoufs, mais pas angoissée comme il est d'usage lorsqu'on a du délai dans la date (sans contrepéterie, ce serait trop beau), étant donné qu'à ce moment là de l'histoire vous êtes fermement sûre qu'il s'est passé à peu près la gestation d'une éléphante depuis votre dernière explication de sexe.

Racontez comment c'est votre collègue qui vous a rappelé que vous avez eu une relation sexuelle il y a moins de trois mois avec un jeune homme qui vous avait laissé une belle mycose en cadeau d'adieu. Revenez sur les 9 points précédents et dans l'ordre : parlez uniquement de vous et de vos galères, en insistant sur l'aspect comico-auto-dérisoire de la situation.

Dans un accès de boulimie, décernez au cours d'une cérémonie officielle, des palmitos à vos anciennes histoires de cul. Si possible, faites en sorte que le palmito d'or soit attribué à un ex blogueur qui ne manquera pas de lire votre article en vous méprisant.

Twittez vos soupirs sans relâche en balançant des messages privés à tout et n'importe quoi "J'ai marché dans une crotte, une pensée pour lui, il m'a bloquée sur msn. VDM".

Faites des haiku avec vos statuts facebook "être saoul ne dispense pas d'être con" et rédigez les le plus souvent possible à la deuxième personne du singulier "pourquoi je t'aime et pas toi" (une petite référence culturelle pour attirer l'attention de vos 749 amis pas du tout concernés qui vont s'en donner à coeur joie pour vous répondre et ainsi faire remonter vos updates sur les pages d'accueil en vous assurant la visualisation de votre message par le principal intéressé).

A éviter : "je peux t'oublier comme j'aimerais que les impôts m'oublient" : signe flagrant que vous êtes encore en contact avec le monde extérieur.

Le top 10 des méthodes pour réussir sa dépression
Commenter cet article

Kenny 07/08/2015 07:03

C'est tellement ridicule que sa me fait de la peine

Eloise 10/11/2018 19:58

Oui ridicule et pathétique